Biographie

Steve Jobs – Biographie (Walter Isaacson)

Steve Jobs

Analyse:

Cette biographie de Steve Jobs est sans conteste l’une des biographies les plus passionnantes que j’ai eues à lire. Elle m’a également permis de découvrir le talent de Walter Isaacson, qui possède à la fois un don d’investigateur hors pair et une fluidité d’écriture incroyable. Après la lecture de « Steve Jobs », je me suis ainsi précipitée pour dévorer ses autres biographies: Benjamin Franklin, puis Leonardo Da Vinci et Albert Einstein.

  1. LE BUT: Tout savoir sur Steve Jobs, co-fondateur d’Apple: la biographie la plus complète sur ce « génie qui a changé le monde ».
  2. LE POINT ESSENTIEL: « Seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu’ils peuvent changer le monde y parviennent ». Cette publicité Apple (« Think different, 1997), résume à elle seule ce qu’était Steve Jobs : un génie qui pouvait se montrer à la fois colérique, cruel, manipulateur, et qui en même temps était capable de motiver les gens pour qu’ils accomplissent l’impossible. Une des caractéristiques essentielles de Steve Jobs était sa faculté à créer un « champs de distorsion de la réalité » (CDR), qui consistait à convaincre n’importe qui d’à peu près n’importe quoi.
  3. LA VALIDATION: cette biographie est extrêmement documentée. Des références bibliographiques sérieuses, mais surtout plus de 40 interviews réalisées avec Steve Jobs, et des recoupements faits avec plus d’une centaines de personnes (famille, collaborateurs, amis et ennemis).
  4. L’APPLICATION: ce livre regorge d’exemples et d’anecdotes

Résumé de lecture:

Cette biographie se lit comme un véritable roman. Dès les premières pages Walter Isaacson plante le décor avec une liste des « personnages », c’est-à-dire des personnes qui ont joué un rôle important dans la vie de Jobs. Puis une courte introduction développe la génèse du livre. Tout a démarré en 2004, lorsque Jobs contacte Walter Isaacson pour l’écriture de sa biographie, suite à la publication de celle de Benjamin Franklin. Ne connaissant pas l’état de santé de Jobs, il décline d’abord la proposition. Steve Jobs le recontacte ensuite quelques fois, notamment après la sortie de la biographie d’Albert Einstein, mais ce projet reste toujours pour Isaacson dans le domaine du « un jour peut-être ». C’est en 2009 qu’il décide finalement d’écrire l’ouvrage, suite à une appel de Laurene, la femme de Jobs, qui lui annonce la maladie de Steve. A la grande surprise d’Isaacson, Jobs n’a jamais demandé aucun droit de regard sur le contenu du livre.

L’ouvrage est divisé en 41 chapitres, répartis de manière chronologique (de « l’enfance » à « l’héritage ») et par faits marquants tels que « Apple I », « Le Mac est né », « Gates et Jobs », « NeXT », « Pixar », « L’iMac », « Les Apple Store », « L’Iphone » ou « L’iPad ». Le parcours de ce personnage hors-norme est impressionnant. Entrepreneur de génie, ayant un goût exacerbé de la perfection et de l’esthétisme, il était loin d’être un patron modèle avec son caractère souvent exécrable (il se qualifiait lui-même de « sale con »).

Steve Jobs a su user de son esprit inventif et de son audace pour rapprocher créativité et technologie en pensant différemment. Il a complètement révolutionné des secteurs entiers de l’économie moderne tels que la micro-informatique, le film d’animation, la musique, la téléphonie ou les tablettes numériques. Son prochain combat aurait été de changer radicalement le domaine de l’éducation, mais la maladie ne lui aura pas laissé le temps de poursuivre son oeuvre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.